L’uro, une pratique pas si tabou?

Absolument tabou, le fantasme d’urolagnie (venant du latin « uro » et « lagneia » = rapport sexuel avec urine) est pourtant une pratique sexuelle relativement populaire… En effet, venant de toutes classes scoiales, tous ages confondus, les urophiles apprécient surtout le « faire pipi dessus », et le « je te regarde faire pipi »… Ce fantasme du pipi s’apparente à du fetichisme, car il associe un objet (ici l’urine) à l’excitation et à la pratique sexuelles. Toutefois, il semble egalement très proche des pratiques SM, surtout avec le « pipi dans la bouche »… :o) 

Le pipi : une pratique amusante
Dans le couple, cette pratique est anodine, amusante. Les partenaires se font pipi dessus l’un après l’autre, chacun son tour, ou essaient de le faire en même temps, avant de faire l’amour, sans rien essuyer, bien sûr. Ce fantasme n’a absolument rien de pathologique, il semblerait même etre naturel! En effet, le pipi est bien naturel, venant du corps, et le corps est l’objet du désir donc tout ce qui vient du corps peut etre desirable et excitant, non? Plusieurs variantes peuvent etre envisagées pour pratiquer l’uro : le fantasme lié au voyeurisme de surprendre une femme en train de faire pipi (par exemple, au bord de la route), celle de surprendre une personne qui n’a pas réussi à se retenir, ou alors le fantasme de faire pipi dans une couche et de rester ainsi toute la nuit, ou pourquoi pas même toute une journée au bureau? 

Le pipi dans la bouche
Cette pratique-ci, voire même le fantasme d’uriner dans la bouche de son/sa partenaire semble etre plus rare et s’apparente plus au SM. Il y a une notion de dominant-soumis assez evidente, mais pas obligatoire. Ces jeux érotiques demandent pourtant une volonté certaine des deux partenaires, forcer l’autre à pratiquer peut provoquer un dégout qui conduirait à un blocage sexuel parfois important.

Un fantasme venu de l’enfance?
Tous, nous avons du apprendre à faire pipi-caca dans le pot, et cela a parfois été laborieux! Cet apprentissage peut avoir des conséquences sur la relation de l’adulte face à ses excrements : c’est dégoutant, c’est naturel, ou c’est agréable de se soulager… Les réactions des parents face à l’apprentissage du tout-petit peuvent egalement avoir de l’importance : entre une mère qui gronde quand l’enfant qui veut toucher à son pipi en disant « Mais arrete, c’est sale, tu es vraiment un petit degoutant! » ou une mere qui dit, félicitant son enfant après son premier caca dans le pot : « Oh, que c’est bien, c’est mignon, il est beau ce caca! » : on se doute que l’adulte aura une réaction différente face à son corps et à tout ce que ce dernier rejette… 

Laisser un commentaire